L'histoire du cuir


La révolution du cuir dans ses techniques de fabrication et son usage.

 Au XVIème et XVIIème siècle, les métiers du cuir prennent une importance considérable et la profession est très prospère. En France, on compte plus de 5000 ateliers de tannage, employant de 30 000 à 40 000 personnes. Chaque cité ou bourgade possède alors un ou plusieurs moulins à tan pour faire de la poudre d’écorce servant au tannage végétal et une tannerie.
A cette époque, le cuir est la seule matière à la fois souple et résistante, son utilisation est très fréquente et rentre dans la composition de nombreux objets. La fabrication par tannage naturel reste toutefois lente, avec des outils rudimentaires. En cycle normal cela peut prendre plusieurs mois pour avoir un cuir correctement tanné.
Les premiers procédés par extraction (procédé de séparation par voie chimique) sont expérimentés par des chimistes de renom comme M. Seguin sous la direction de la convention du cuir au XVIIIème siècle. Mais le succès n'est pas au rendez-vous !

Un grand déclin pour le marché du cuir se produit avec l'arrivée d'une nouvelle matière synthétique : Le Plastique et ses dérivés issus du pétrole.
Cette matière fait son apparition vers 1870. Les avantages du plastique sont évidents : un temps de fabrication très rapide et un coût de production bien moins élevé. La profession se doit à ce moment de trouver une nouvelle méthode de fabrication pour redonner au cuir la place qu'il occupait auparavant. En 1850, le chimiste allemande Knapp, découvre le tannage au chrome !
Les premières production industrielles de cuir au tannage minéral en France se feront à partir de 1870. Les machines pour accélérer le processus de tannage au chrome apparaissent vers 1880.

 Au début du XXème siècle, en France l'industrie du cuir est considérée comme la troisième après la métallurgie et le textile.
On relève quelques améliorations techniques et de nouvelles machines jusqu'au début du XXème siècle, mais ces progrès restent très limités. Le cycle de fabrication est encore trop long, et prend plusieurs mois.
À partir de 1950, des procédés modernes remplacent les anciennes méthodes avec une augmentation de la production et de la diversité des cuirs fabriqués. La grande majorité des entreprises du cuir intègrent le secteur industriel. L'industrie du cuir profite ainsi de l'apparition des polymères synthétiques grâce au développement de la chimie, mais aussi d'un progrès considérable dans le matériel de tannerie. Le marché du cuir peut ainsi suivre la mode, et fournir des cuirs d'aspects de plus en plus variés : naturel, ciré ou moderne avec des reflets très divers. De nouveaux types de peaux sont également tannées : reptiles, oiseaux et poissons !
Dans le même temps, une prise de conscience générale s'intensifie vis à vis de l'environnement à partir 1970. Le tannage végétal reste constant et une nouvelle méthode du tannage au chrome remplace très fortement l'ancien procédé, surtout pour des utilisations comme les dessus de chaussure. Avec la diminution des cuirs à usages industriels, la tannerie française se spécialise depuis maintenant plus de 30 ans dans la fabrication de cuirs pour la maroquinerie, principalement haut de gamme.

https://www.decocuir.com/histoire-cuir-tannage-c1200x66996